Je pense que j'en avais parlé à l'occasion, mais la série The Walking Dead fût un vrai coup de coeur pour moi, une bonne histoire, des effets spéciaux hallucinants, du supense, des personnages intéressants.... bref un petit chez d'oeuvre.

Semaine dernière en brocante j'aperçois ce livre :

l-ascension-du-gouverneur-jay-bonansinga-robert-kirkman-9782253134824

 

 

Je savais qu'il existait une BD, qui avait d'ailleurs servit de base à la série mais un roman??? la curiosité piqué au vif et à la  vu du prix dérisoire je ne risquais pas grand chose.

Et j'ai bien fait, waouh quel livre.... encore du suspens, encore du zombie, encore des personnages intéressant et une fin hummm comment dire, pour ceux qui suivent la série il faut absolument lire ce livre, révélation des plus étonnante à la fin du livre, de celle à laquelle on ne s'attend pas vraiment. C'est plutôt bien écrit et pour une fois la traduction est plus que correcte.

L'évolution des personnages est le point clés de ce livre, et est plutôt bien construite. On aurait pu s'attendre à un roman écrit à la va vite et plutôt bâclé histoire d'enrichir un peu plus la franchise mais que neni,  ce n'est point le cas ici.

Pour ceux qui ne connaissent pas la série, ce livre peut quand même ce lire assez facilement car on y parle du personnage qui est devenu le fameux Gouverneur que l'on découvre en saison 3 et de ses proches, personnage dont finalement on a peu ou pas d'infos lors de la saison 3, ce qui en fait un roman à part entière.

 

Un petit extrait histoire de vous donnez un court aperçu :

"- oh mon Dieu, on est foutus.... se lamente Nick en contemplant l'abomination qui se trouve sur leur chemin.

Les plus proches sont à une centaine de mètres, comme le premier frémissement d'un Tsunami. D'après leurs tenues, on dirait des employés de bureau, hommes et femmes qu'on aurait  passés au broyeur et trempés dans l'huile de moteur. Tous avancent en titubant dans leur direction comme des somnanbules hargneux.

Et derrière, partout, d'autres tout aussi nombreux envahissent les trottoirs et la chaussée. Si il y a une heure de pointe en enfer, elle n'arrive pas à la cheville de ce spectacle. La cacophonie de centaines de milliers de gémissements hérissent les poils sur la nuque de Brian, qui se penche et tape sur l'épaule de son frère.

- La ville est perdue, Philipp.

- Oui, il a raison, c'est foutu, il faut qu'on fiche le camps, renchérit Nick."